lundi 24 février 2014

Foie blanc à la sauce normale





C'est un peu fade, non ?




Foie d'homme normal

    Faites jaunir quatre ou cinq tranches de foie d'homme normal dans la poêle, comme pour le foie de Suisse. Lorsque vos tranches sont presque cuites, prenez du papier journal que vous huilez, puis mettez une petite tranche de lard gras, du persil, de la ciboule ou des échalotes, le tout haché ; placez dessus une tranche de foie, remettez des fines herbes et une petite tranche de lard gras ; enveloppez le foie avec le papier journal que vous repliez tout autour et mettez dans le four à feu doux. Servez en présentant la page des petites annonces.




Roland Topor, La cuisine cannibale.  



 




vendredi 21 février 2014

L'exubérante prodigalité de la nature






    Grâce à ces nouveaux mots, là où il n’y avait qu’indistinction et vague sentimentalisme, on analyse des données, on spécifie des fonctions, on élabore des procédures. Et ce faisant on arrache les notions aux songeries du substantialisme, à la fantaisie des définitions qualitatives, au vieil animisme qui imprégnait tant de définitions traditionnelles. Pour apprécier les progrès ainsi accomplis, il faut faire l’effort de se souvenir qu’on n’a par exemple pas toujours connu ni mesuré la biodiversité, mais qu’autrefois un archéolocuteur devait se contenter de parler à ce sujet de l’"exubérante prodigalité de la nature", et autres clichés du même tonneau.



Jaime Semprun, Défense et illustration de la novlangue française









 photos de Nick Brandt





jeudi 20 février 2014

Mangez- Bougez...








...Et jouez vous aussi à l'apprenti-sorcier à la maison

...Et amusez-vous à faire le sandwich le plus vendu au monde


Pour faire un Big Mac il vous faudra : 


 Le petit pain ( Big Mac® Bun)
· farine enrichie (farine de blé raffiné, farine d’orge malté, niacine, fer (« reduced iron »), thiamine, mononitrate, riboflavine, acide folique, enzymes)

· eau

· sirop de maïs à haute teneur en fructose

· sucre

· huile de soja et/ou huile de soja partiellement hydrogénée

Le petit pain contient aussi 2% ( au plus) des ingrédients suivants :

· Sel

· sulfate de calcium (E516)

· Carbonate de calcium (E170) colorant blanc

· Gluten de blé

· Sulfate d’ammonium (E517) stabilisateur

· Chlorure d’ammonium (E510)
 · Stéaryl de sodium lactylé, (E481(i)) Emulsifiant, stabilisant· Esters mixtes acétiques et tartriques des mono- et diglycérides d’acides gras (E472(f)) DATEM * (Diacetyl Tartaric (Acid) Ester of Monoglyceride)
·  Acide ascorbique* (E300)
· Azodicarbonamide* (E927)
· Mono- et diglycérides* (E471)
· Mono- et di-glycérides éthoxyles (E488)*
· Orthophosphate monocalcique* (E341(i))
· enzymes*
· gomme de guar (E412)*
· peroxide de calcium (E930)*
· farine de soja*
· Propionate de calcium (E282) *(conservateur)
· Propionate de sodium (E281) (conservateur)
· Lécithine de soja
· Graines de sésame
* Agent de panification

Deux steaks hachés  
 100% pur boeuf (selon les normes en vigueur) de 45 grammes chacun.

Fromage fondu : 
Cheddar, eau , beurre, protéines de lait de vache, arôme naturel de fromage (enzyme modifiée de fromage.
Emulsifiants :  E331 citrates de sodium, Lactose, sel.
Conservateur : E200 acide sorbique.
Colorants : E160(a)carotènes, E160(c) paprika. 
Lécithine, huile de soja E330 acide citrique.
Ou : Cheddar, beurre, poudre de lait écrémé, caséine, arôme naturel, lactose, sel, eau, lécithine.
Emulsifiants : E331 et E452 polyphosphates.
Colorants : E160a et E160e.


Salade :  100% laitue Iceberg fraîche, chlore.

Rondelles de cornichon : 
cornichon, vinaigre d'alcool, sel, arôme naturel.
Conservateur : E211 benzoate de sodium.
Correcteur d'acidité : E327 lactate de sodium.

Oignons : 100% oignons déshydratés.


La sauce  (Big Mac® Sauce) : 

 huile de soja
  •       condiments de cornichons :
     - cornichons coupés en cubes
     - sirop de maïs à haute teneur en fructose
     - sucre
     - vinaigre
     - sirop de maïs
     - sel
     - Chlorure de calcium (E509)
     - Gomme xanthane (E415)
     - Sorbate de potassium (E202)
     - Extraits d’épice
     - Monooléate de polyoxyéthylène de sorbitane (polysorbate 80) (Émulsifiant)
extrait de vinaigre
eau
jaunes d’œufs
sirop de maïs à haute teneur en fructose
poudre d’oignon
graine de moutarde
sel



  • épices


  • Alginate de propane-1 (E405)
  • sodium benzoate (conservateur)
  • son de moutarde
  • sucre
  • poudre d’ail
  •  protéine végétale (maïs hydrolysé, soja et blé) – (Il s’agit en réalité de glutamate de sodium)
  • couleur caramel



  • extraits de paprika
  • lécithine de soja
  • curcuma (couleur)
  • Disodium de calcium d’EDTA (E385) (conservateur d’arôme)


  • Bon courage, et bon appétit !

    En visite au musée du Big Mac.



    En la forêt de Longue Attente (2)

    Novocaïne





    Queue devant le premier restaurant "Burger King" de France, Paris, décembre 2013.




    I'm waiting for my man
    Twenty-six dollars in my hand
    Up to Lexington, 125
    Feel sick and dirty, more dead than alive
    I'm waiting for my man

    Hey, white boy, what you doin' uptown?
    Hey, white boy, you chasin' our women around?
    Oh pardon me sir, it springs from my mind
    I'm just lookin' for a true, dear friend of mine
    I'm waiting for my man

    Here he comes, he's all dressed in black 

    New York shoes and a big straw hat
    He's never early, he's always late
    First thing you learn is you always gotta wait
    I'm waiting for my man

    Up to a Brownstone, up three flights of stairs
    Everybody's been duped, but nobody cares
    He's got the works, gives you sweet taste
    Ah then you gotta split because
    you got no time to waste
    I'm waiting for my man

    Baby don't you holler, darlin'
    don't you bawl and shout
    I'm feeling good, you know I'm gonna work it on out
    I'm feeling good, I'm feeling oh so fine
    Until tomorrow, but that's just some other time
    I'm waiting for my man




    Lou Reed, Waiting for the man.











    mercredi 19 février 2014

    En la forêt de Longue Attente










    Et en briefz motz, sans que vous mente,                                        En un mot, sans que je vous mente,
    Soiez seur que je me contente,                                                              Soyez sûr que je m'en tiendrai,
    Pour allegier vostre doleur,                                                                         Pour soulager votre douleur,
    De traictier avec le seigneur                                                                             A traiter avec le seigneur
    Qui les brigans soustient et hente                                                          Qui suit et soutient les brigands
    En la forest de Longue Actente.                                                                En la forêt de Longue Attente.





    Charles d'Orléans



    vendredi 14 février 2014

    Dites, qu'avez-vous vu ?











     Le monde vu par Ghyslain Bertholon.



    Tel est du globe entier l’éternel bulletin.


    Baudelaire, L'invitation au voyage.




     

    dimanche 9 février 2014

    Drôles et gambadants Français







        Le caractère naturel du Français est composé des qualités du singe et du chien couchant. Drôle et gambadant comme le singe, et dans le fond, très malfaisant comme lui ; il est comme le chien de chasse, né bas caressant, léchant son maître qui le frappe, se laissant mettre la chaîne, puis bondissant de joie quand on le délie pour aller à la chasse.


    Chamfort





    Les toujours très inspirés Hommen attendant qu'on les délie.






    vendredi 7 février 2014

    Faites entrer l'accusé (4)

    Reductio ad absurdum



    M. le procureur général de Paris *



        On avait traduit devant le tribunal révolutionnaire M. de Saint Cyr. Le président lui demande ses noms et prénoms  : 

        - Je me nomme de Saint Cyr répond l'accusé.
        - Il n'y a plus de noblesse réplique le président.
        - Je m'appelle alors Saint Cyr.
        - Le règne de la superstition et celui des saints est passé.
        - Je m'appelle donc Cyr.
        - La royauté a été pour toujours abolie.
        - Puisque je n'ai pas de nom s'écrie alors le prévenu, j'échappe à la loi, car je ne suis qu'une abstraction, et vous ne trouverez aucune loi condamnant une abstraction ; je dois donc être acquitté.
        Le tribunal, en effet, acquitta le prévenu, non sans cet avis  : 
        - Citoyen Abstraction, tu es invité à faire choix, pour l'avenir, d'un nom républicain, si tu ne veux pas passer pour suspect.



    In Dictionnaire de la Bêtise.




    ________________________________________
    * M. le Procureur général de Paris qui, cela ne s'invente pas, est aveugle.




    jeudi 6 février 2014

    Faites entrer l'accusé (3)

    Deux moralistes








    Lisiblement : M. l'avocat a rendu pleine justice au rare talent déployé par le ministère public dans son réquisitoire. M. le procureur général s'empresse de rendre un hommage mérité à l'admirable éloquence du défenseur. M. le président applaudit aux deux orateurs ; bref tout le monde est excessivement satisfait, excepté l'accusé.
     
    Honoré Daumier









        Procès : enquête officielle destinée à prouver et enregistrer l'impeccable moralité des juges, des avocats et des jurés.

    Ambrose Bierce


































    mercredi 5 février 2014

    Faites entrer l'accusé (2)

    Une certaine idée de la démocratie

    En raccourci








    lundi 3 février 2014

    Faites entrer l'accusé (1)

    Une certaine idée de la démocratie





    De la justice de classe...





    ...A la justice pour tous !








    dimanche 2 février 2014

    L'hiver qui vient (9)

     

     

     





    (...) Non, non ! C'est la saison et la planète falote !
    Que l'autan, que l'autan
    Effiloche les savates que le Temps se tricote !
    C'est la saison, oh déchirements ! c'est la saison !
    Tous les ans, tous les ans,
    J'essaierai en choeur d'en donner la note.



    Jules Laforgue, L'hiver qui vient.











    samedi 1 février 2014

    L'hiver qui vient (8)








    (...) C'est la toux dans les dortoirs du lycée qui rentre,
    C'est la tisane sans le foyer,
    La phtisie pulmonaire attristant le quartier,
    Et toute la misère des grands centres.

    Mais, lainages, caoutchoucs, pharmacie, rêve,
    Rideaux écartés du haut des balcons des grèves
    Devant l'océan de toitures des faubourgs,
    Lampes, estampes, thé, petits-fours,
    Serez-vous pas mes seules amours !...
    (Oh ! et puis, est-ce que tu connais, outre les pianos,
    Le sobre et vespéral mystère hebdomadaire
    Des statistiques sanitaires
    Dans les journaux ?) (...)



    Jules Laforgue, L'hiver qui vient.