jeudi 16 octobre 2014

Last but not least





Des Indiens sortent pour la première fois de la... par lemondefr

Ils ont toujours vécu au cœur de la forêt amazonienne à l'écart du monde extérieur, mais sont sortis de la forêt, probablement pour fuir des orpailleurs ou des bûcherons. Quasi nus et armés d'arcs, des Indiens isolés ont créé le contact avec le département des affaires indigènes du Brésil et d'autres indigènes, les Ashaninkas, sur les berges du fleuve Envira.

C'est le 26 juin qu'a eu lieu la première approche des Indiens isolés. Ils sont apparus en train de traverser la rivière Envira près du village de Simpatia. « Ils sifflaient et faisaient des bruits d'animaux », explique Carlos Travassos directeur du département des Indiens isolés de la Funai au site G1 de Globo.

Cet expert en Indiens isolés a expliqué que les approches étaient assez fugaces et que les Indiens retournaient rapidement dans la forêt. Cela a recommencé les jours suivants, jusqu'au contact direct et pacifique qui a été facilité par deux interprètes indigènes qui parlent la langue pano et ont établi une relation de confiance avec eux. C'est alors qu'on pu être tournées ces images.

Selon l'anthropologue Terri Aquino de la Funai, l'approche a été faite probablement pour acquérir des haches, des coutelas et des casseroles. « Ce peuple est en quête de technologie. C'est important pour leur vie parce qu'il y a uneguerre” interne entre eux et en raison du contact avec des groupes non indigènes, a-t-il dit à G1. Ils ont raconté avoir été attaqués par des non-indigènes et beaucoup sont morts après avoir contracté la grippe et la diphtérie. »

La Funai a indiqué que, quand les Indiens isolés étaient revenus il y a trois semaines dans le village Simpatia, ils avaient la grippe. Une équipe médicale du gouvernement a été envoyée et a traité sept Indiens malades pour éviter la contamination de la tribu, qui compterait une cinquantaine de personnes. Cette information a été qualifiée d'« extrêmement préoccupante » par Survival International, le mouvement mondial pour les droits des peuples indigènes, car des épidémies de grippe ont déjà anéanti des tribus entières par le passé.

Le Monde.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire