vendredi 21 février 2014

L'exubérante prodigalité de la nature






    Grâce à ces nouveaux mots, là où il n’y avait qu’indistinction et vague sentimentalisme, on analyse des données, on spécifie des fonctions, on élabore des procédures. Et ce faisant on arrache les notions aux songeries du substantialisme, à la fantaisie des définitions qualitatives, au vieil animisme qui imprégnait tant de définitions traditionnelles. Pour apprécier les progrès ainsi accomplis, il faut faire l’effort de se souvenir qu’on n’a par exemple pas toujours connu ni mesuré la biodiversité, mais qu’autrefois un archéolocuteur devait se contenter de parler à ce sujet de l’"exubérante prodigalité de la nature", et autres clichés du même tonneau.



Jaime Semprun, Défense et illustration de la novlangue française









 photos de Nick Brandt





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire