vendredi 8 février 2013

Dégradations d'oeuvres d'art


La Liberté et le Peuple au musée. C'est déjà bien suffisant.






Anglais, encore un effort si vous voulez être républicains...


     C’est en apprenant dans The Guardian que l’effigie en marbre de Margaret Thatcher, sculptée par Neil Simmons, allait entrer à la Guildhall Gallery, que [Mike Kelleher] aurait mûri sa décision. Selon le même quotidien, qui assistait à l’audience du 16 décembre, Mike Kelleher ne renie pas son acte mais le qualifie d’«humour satirique».

     Dans sa défense, le prévenu a expliqué qu’il n’en voulait pas à Dame Thatcher mais aux valeurs qu’elle véhiculait, représentatives d’un monde malade, du capitalisme sauvage aux pulsions guerrières. Il a calmement décrit la façon dont il avait procédé le 3 juillet 2002. Ayant renoncé à une batte de base-ball, qui aurait pu être détectée au contrôle, il s’est replié sur un instrument semblable, mais insulaire entre tous, une batte de cricket, dissimulée dans son pantalon. Une fois la salle opportunément désertée, Mike Kelleher a frappé à la tête. Sans effet concluant puisqu’il dut achever sa mission à l’aide d’un des piquets de fer qui servaient à l’entourer d’un cordage protecteur. «La tête est enfin tombée» - les propos sont rapportées par Sarah Hall, la journaliste du Guardian. «Autant que je m’en souvienne, j’ai visé le nez, qui me semblait donner une bonne prise - et elle a vraiment un gros nez.» 
artaujourd'hui

2 commentaires:

  1. Il nous souvient d'un olibrius - de nos amis - qui se contentait de coller, par petits paquets compacts et visqueux, ses cacas de nez sur l'effigie de la Reine Mère, chez Madame Tussaud. A moins que ce ne fût déjà dessous le tarin de Maggie (notre mémoire flanche). Chaque époque, en tous les cas, recevra le détournement et les crimes qu'elle mérite.

    RépondreSupprimer
  2. CHAMPAGNE ! (ajout du 8 avril 2013, 22 h 05, heure du Yorkshire)

    RépondreSupprimer